Pierre Pignat, verrier MOF 1991
  • Pierre PIGNAT
  • Verrier au chalumeau
  • 1991 - XVIIIe concours
  • Genas
Le verre

Durant plusieurs millénaires, le verre fut façonné pour la seule fonction décorative et de contenant. Sa composition à environ 50% de sable de silice lui attribue un coefficient de dilatation incompatible aux usages à variations brutales de températures. Par contre au XXe siècle, de part la domestication des gaz et de l’électricité au pouvoir calorifuge supérieur à celui du bois jusqu’alors utilisé, des compositions de verre à 80% de silice abaissent le coefficient de dilatation, compatible aux conditions sévères de servitude et de façonnage.

Ainsi, le métier de « transformateur du verre au chalumeau », balbutiant depuis le XVIIe siècle, atteint rapidement son apogée à partir des années 50 du XXe siècle, où toutes les utilisations furent explorées et résolues. Les industriels du nouveau verre borosilicate extrudent des tubes aux épaisseurs variables (0,5 à 10 mm) aux diamètres de 3 à 415 mm, et soufflent des moulages jusqu’à 500 L, en demi produits aptes à être retransformés et mis à la disposition des « souffleurs de verre au chalumeau » pour réaliser des appareillages très élaborés, destinés à la recherche, aux expérimentations avec produits agressifs pour la chimie, pour la physique et l’optique.

Sa mise en forme s’apparente à certaines méthodes de chaudronnerie par soudures, étirage, courbes, déformations à chaud et sans outillage particulièrement complexe, mais exercée par des professionnels très expérimentés. Aux yeux du profane, les techniques de soufflage à la bouche sembleraient d’une autre époque, et pourtant, si l’automatisation des contenants, vitres, etc. a déshumanisé la mise en forme, les demandes d’une recherche permanente dans l’art et les sciences permettent aux hommes de s’exprimer gestuellement et passionnément.

Les principaux atouts de cette noble matière de synthèse sont sa résistance aux agents chimiques, la visualisation de part sa transparence, et sa stabilité au temps. Cette spécialité rare de transformateur du verre et très recherchée, s’acquiert par une longue pratique et une disponibilité à étudier sa technologie et résoudre l’attente des utilisateurs au fort potentiel.

L’apprentissage peut s’effectuer en entreprise en 2 ans (CAP) et 4 ans (BP) au seul lycée Dorian à Paris dont la formation est enviée des autres pays. Conception et réalisation d’unités de verrerie et de pilotes informatisés destinés à l’industrie chimique, pétrolière et la formation pédagogique. Verrerie adaptée au projet des designers en décoration ou éclairage.

Un siècle d’évolution de la société Pignat
Depuis 1936, 8 titres de « Meilleurs Ouvriers de France » furent décernés à son élite d’ouvriers (…)
En 1910, Paul Pignat s’est orienté vers ce métier en tant qu’apprenti souffleur de verre au chalumeau, alors sur verres tendres à usage pharmaceutique et d’enseignement. Lui succédèrent deux générations de Pignat, Pierre, puis Patrice, qui baignant dans cette atmosphère de fabrication et de contact étroit avec une clientèle de chercheurs, évoluèrent, depuis le balbutiement des appareillages à une complexité fonctionnelle.

En ce début du XXIe siècle, l’entreprise industrialisée s’est attachée la collaboration de techniciens aux savoirs très variés et complémentaires plaçant cette entreprise française parmi les plus performantes et se développant dans des secteurs très diversifiés dans le monde. Depuis 1936, 8 titres de « Meilleurs Ouvriers de France » furent décernés à son élite d’ouvriers qui anime le secteur verrerie, base vitale aux conceptions diverses, mais auquel s’est associé un département des métaux nobles, et autres matières, le tout dans des fonctions informatisées, et où un bureau d’étude équipé en 3D, élabore dans une rigueur certifiée ISO 9000.

Téléphone : 04 78 90 50 03

Adresse : 6, rue Calmette – BP 11 – 69741 Genas Cedex

Site web : pignat.com

Email : patriciamillat@pignat.com

Partager ce contenu